Veni in hortum meum

 

Polyphonies sacrées et profanes autour du Cantique des cantiques

  
Par cet appel de la Bien-Aimée du Cantique des cantiques, l’Ensemble Le Cénacle nous invite, au cœur de l’été, à un parcours empreint de spiritualité et de poésie. 

 

L’image du jardin clos, « hortus conclusus » du Cantique, associée à la dévotion mariale, trouve son écho dans la poésie profane : vision de jardins exhalant leurs senteurs sous le soleil ardent, source d’inspiration des madrigalistes de la Renaissance, nature verdoyante et ondoyante illustrée par les compositeurs romantiques, nature champêtre célébrée dès le Moyen Âge dans Sumer is Icumen In ou encore “nature éternelle” magnifiée par Saint-Saëns dans Les Fleurs et les arbres.

 

Mêlant les effectifs, les répertoires et les langues − latin, français, italien, russe, anglais −, ce voyage estival nous fait traverser des paysages sonores variés, par des compositions de la Renaissance italienne et franco-flamande (Palestrina, Andrea Gabrieli, Josquin des Prez), du premier Baroque (Gesualdo, Monteverdi), du XIXème (Tchaïkovski, Delius, Saint-Saëns), du XXème s. (Ropartz, Britten) jusqu’à nos jours (Caroline Marçot). 

 

Paysages d'été

 

Promenade “à travers chants” où sont évoqués fêtes profanes et sacrées, nature champêtre et jardins luxuriants, mêlant également les effectifs, les répertoires et les langues − français, italien, russe, anglais −, ce voyage estival traverse des paysages sonores variés, par des compositions de la Renaissance italienne, française et franco-flamande (Gabrieli, Le Jeune, Josquin), du premier Baroque (Monteverdi), du XIXème (Tchaïkovski, Saint-Saëns)

et du XXème s. (Gershwin, Britten). 

 

Les animaux aux quatre saisons

 

La succession des saisons, l’observation de la nature et les figures animales, voici les thèmes abordés dans ce programme spécialement conçu pour le jeune public. 

 

Mêlant les répertoires musicaux de la Renaissance, romantique et moderne, portées par les grands auteurs (La Fontaine, Prévert, Claude Roy...), les cinq voix a capella du Cénacle font entendre, en toute saison, aussi bien le gazouillis des oiseaux que le léger bruit de la pluie, les facéties de l’otarie ou du zébu que les aventures de la cigale et de la fourmi.

 

Jeune public

Jeune public

Métamorphoses du Printemps

 

Renouveau de la nature et saison des amours se font écho dans des chants où oiseaux, bergers, Cupidon, Vénus et Flore rivalisent de charmes et d'attraits.

  

Ce programme parcourt les quatre mois de cette belle saison où tout renaît et se métamorphose: mars et la fin des frimas, avril et la pleine floraison,  mai ou la doulce sayson, juin et l'annonce de l'été.

 

Comme à son accoutumée, Le Cénacle a choisi de faire entendre des compositions et auteurs rarement interprétés en regard d'œuvres plus largement répandues (Le chant des oyseaux de Clément Janequin, Revecy venir du Printans de Claude Le Jeune).

 

Hymnes d'Automne

 

L'automne, contrairement à sa réputation de saison morne et triste, est riche en célébrations, qu'elles soient religieuses (Fête de la Toussaint chez les catholiques, Fête de la Réformation chez les protestants, Rosh Hachana et Yom Kipoor chez les juifs) ou profanes (fête des vendanges et des récoltes).

 

Chansons et psaumes de la Renaissance à nos jours célèbrent ces multiples fêtes automnales.

Du haut des cieux

 

Musiques pour le temps de l'Avent et de Noël composent ce programme festif: noëls populaires et noëls savants se font écho pour célébrer le mystère de la Nativité.

 

Chants russes et nordiques, noëls traditionnels européens harmonisés avec facétie ... savourez ce programme noëlesque !

Mémoires d'exil

 

Fuite, quête de soi, expatriation, errance poétique ... autant de variations sur l'exil, illustrées par des chants a cappella de la Renaissance à nos jours, autour du psaume 136/137 "Au bord des fleuves de Babylone".

 

Œuvres de Salomone Rossi, Mendelssohn, Bennet, Mac Farren, East, Goudimel, Sweelinck, Marenzio, Debussy, Gabriel Jackson et autres

À travers la nuit

 

Du crépuscule à l'aube, une évocation musicale de la nuit, qu'elle soit sereine, étoilée, féérique, obscure, énigmatique, inquiétante...

 

Un voyage à travers la nuit inspiré par des compositeurs du XIXème s. anglais (Hatton, Sullivan, Elgar, Stanford, German), allemand (Abt, Fanny Mendelssohn, Schubert, Reichardt) et français (Saint-Saëns).

 

En miroir à cette vision romantique, quelques pièces de la Renaissance et de l'époque classique (Dowland, Wilbye, Ravenscroft, Webbe chez les anglais, Créquillon chez les français, Vulpius, Gumpelzhaimer chez les allemands, Machado et Zéspedes chez les hispaniques).

 

 

 

Service gratuit simple et accessible à tous

Je crée mon site
Créer un site Internet avec